Les Suisses sont favorables à une taxe CO2 plus élevée

Pour 83 pour-cent des Suissesses et des Suisses, la taxe CO2 est insuffisante. Leur argument: l'actuelle taxe d'incitation place trop peu les émetteurs d'émissions de gaz à effet de serre devant leurs responsabilités. 67 pour-cent préconisent même d'introduire une taxe CO2 supplémentaire sur les billets d'avion si la Suisse veut pouvoir atteindre les objectifs climatiques. Tels sont en substance les résultats de l'enquête «Energie-Trendmonitor Suisse 2019» menée dans la Confédération helvétique par un institut d'études de marché pour le compte de Stiebel Eltron auprès de 1 000 consommateurs représentatifs de la population.

«Chaque fois que des énergies fossiles comme le pétrole, le charbon et le gaz naturel sont utilisées, elles engendrent des émissions de CO2 dangereuses pour l'environnement, un processus que nous ne nous pouvons plus nous permettre en raison du réchauffement climatique», déclare Paul Stalder, gérant de la filiale suisse STIEBEL ELTRON, fabricant de solutions dans la technologie relevant du domaine des «installations techniques du bâtiment» et des «énergies renouvelables». «La transition systématique vers des technologies fonctionnant avec les énergies renouvelables est donc une étape importante pour la protection de l'environnement. Les systèmes écologiques manifestent aujourd'hui déjà un succès manifeste, dans le secteur du chauffage notamment: la technique des pompes à chaleur exploite l'énergie issue de l'air, de l'eau ou du sol et ne produit pas d'émissions de CO2».

Les ménages suisses misent sur un chauffage écologique

Un autre résultat de l'enquête indique que presque 60 pour-cent des ménages suisses veulent avoir recours à une installation de chauffage écologique. Même si le gouvernement soutient l'installation de systèmes de chauffage utilisant les énergies renouvelables, ainsi que des mesures visant à développer l'isolation thermique et l'assainissement énergétique, l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) prévoit que la Suisse ne va vraisemblablement pas atteindre son objectif dans sa lutte contre le réchauffement climatique: L'enjeu d'ici 2020 est de réduire les gaz à effet de serre sur le territoire de 20 pour-cent par rapport à 1990. Mais jusqu'à maintenant, seule une réduction d'environ 12 pour-cent a été enregistrée.

Les émetteurs de CO2 en Suisse

Les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre en Suisse sont les transports avec 32 pour-cent (hormis le trafic aérien) et le secteur du bâtiment avec un pourcentage de 26 pour-cent parmi les émissions globales. Par ailleurs, l'OFEV attire l'attention sur le fait que la Suisse ne provoque pas seulement des émissions sur son propre territoire, mais également à l'étranger, ce, en plus grande quantité encore, en raison des importations de marchandises. S'y adjoint une grande dépendance vis-à-vis des énergies fossiles importées. Presque 60 pour-cent des Suisses interrogés enjoignent de diminuer la part des énergies importées et de réduire par exemple l'importation de gaz naturel en provenance de Russie ou de pétrole venant des Émirats.

Dans la Confédération, la nécessité d'agir est, selon l'OFEV, nettement perceptible: Suite au changement climatique, la température annuelle moyenne a augmenté de 2 degrés Celsius depuis le début du relevé des mesures - elle a donc quasiment doublé par rapport à la moyenne globale.