La technologie moderne intégrée décemment

La technologie moderne ne doit pas avoir un look spectaculaire. Au contraire: Tout comme pour les Smartphones, la partie révolutionnaire du développement est également invisible pour Smart Home. Ce n’est que dans son utilité que toute la portée du progrès apparaît.

Rien ne laisse deviner le fonctionnement interne ultramoderne de cette maison unifamiliale à l’élégance discrète. Un jardin idyllique, un véhicule cossu stationné dans le garage, connecté à une station de recharge invisible. Seul l’écran fournit des informations détaillées sur les processus intégrés au système. Et révèle une modernité surprenante: via un gestionnaire d’autoconsommation, tous les processus du système énergétique sont gérés, contrôlés, évalués et optimisés. Le dispositif comprend le système photovoltaïque, une pompe à chaleur, un ballon combiné ainsi qu’une voiture électrique.

Production d’électricité personnelle

Le maître d’ouvrage passionné de technologie, ingénieur électricien de profession voulait piloter son installation photovoltaïque à l’aide du gestionnaire d’autoconsommation et était à la recherche d’une solution adaptée sur le marché. La technique de régulation intelligente est cependant encore jeune et s’est beaucoup perfectionnée ces dernières années. Ainsi, Hans Peter Furrer compte parmi les premiers utilisateurs de la régulation d’autoconsommation de la société Smart Energy Control. Dans un premier temps, il voulait utiliser sa production d’électricité pour recharger son véhicule Tesla. Ensuite, la pompe à chaleur et finalement le ballon combiné s’y sont ajoutés.

Rénovation du chauffage

Le propriétaire Monsieur Furrer a pris la décision de rénover le chauffage un jour de printemps en nettoyant la gouttière où les feuilles s’étaient accumulées. Soudain, un bruit désagréable l’arracha de son travail. «Ça faisait du bruit et ça sentait mauvais. C’était insupportable. Je réalisais que la chaudière au fioul venait de se mettre en marche», explique Furrer. Il fallait sortir l’ancien chauffage et la cuve à fioul pour faire place à une pompe à chaleur et à une pièce de loisirs au sous-sol. Marqué par cet événement, il a concentré ses recherches sur une pompe à chaleur en faisant particulièrement attention au bruit. C’est chez STIEBEL ELTRON qu’il a trouvé son bonheur: La WPL 25 A la non seulement celui en raison de son faible niveau sonore, mais également en raison de l’inverter intégré.

Placée à côté de l’entrée, la pompe à chaleur est inaudible. «Je considère qu’il s’agit d’une amélioration énorme par rapport à l’ancien système avec les odeurs désagréables et le bruit», souligne le maître d’ouvrage. Seul l’air froid qui est soufflé est perceptible lorsque l’on passe devant.

Une utilisation mixte de l‘électricité

L’association de la pompe à chaleur avec un véhicule électrique est quasiment idéale pour l’utilisation du courant photovoltaïque. La Tesla consomme le plus d’énergie de votre propre électricité. 11 kW par heure d’électricité solaire correspondent à une autonomie d’environ 55 km pour le véhicule électrique. Sur le plan de la puissance électrique absorbée, c’est environ quatre fois plus que ce qui est nécessaire au fonctionnement de la pompe à chaleur, qui ne consomme elle que 2 à 3 kW dans des conditions standard. Chez Monsieur Furrer, il est ainsi possible d’injecter jusqu’à 60 kWh par jour dans les batteries de la Tesla. La pompe à chaleur, par contre en consomme avec 33 kWh environ la moitié. «Il est par conséquent logique d’effectuer le chargement pendant la période d’ensoleillement intense. Parce que le véhicule sera également plus utilisé au cours de la saison chaude, ce type d’utilisation mixte de l’électricité comble le creux estival laissé par la pompe à chaleur, et l’énergie produite soi-même n’est pas perdue», explique David Zogg, directeur général de la société Smart Energy Control.

Régulation à l’aide du gestionnaire d‘autoconsommation

Les possibilités du gestionnaire d’autoconsommation augmentent considérablement l’efficacité du système. Exactement comme l’inverter influe la puissance de travail de la pompe à chaleur, le logiciel règle la consommation de l’énergie disponible. Le système est programmé de telle manière que le véhicule, la pompe à chaleur et le ballon combiné soient chargés de manière à ce que l’ensemble soit optimal pour le système. «Pour le chargement du véhicule électrique, on saisit par exemple l’horaire de départ ainsi que le kilométrage prévu comme consigne. Le véhicule sera chargé lorsque le plus d’énergie sera disponible et que celle-ci n’est pas nécessaire à cet instant pour d’autres tâches importantes, précise Zogg. Pour la pompe à chaleur et pour l’eau chaude sanitaire, les bulletins météorologiques sont intégrés: «Par exemple, en cas de prévision de beau temps, le ballon combiné ne sera chargé que le jour suivant», c’est ainsi que Zogg décrit cette procédure. «Étant donné que la pompe à chaleur utilise la chaleur ambiante, son rendement est également meilleur lorsque les températures sont plus élevées», ajoute Oliver Joss. Ces faits sont exploités, ajoutés à l’accumulation de chaleur naturelle du bâtiment et intégrés à l’utilisation de l’énergie. «De plus, le système est capable d’apprendre», renchérit Zogg avec fierté. Entre temps, le système sait quand la production d’électricité est la plus importante et par quelles habitudes des habitants le besoin est le plus important. Le système est par conséquent géré en fonction de ces besoins et optimisé en permanence. En règle générale, le but est d’obtenir une autosuffisance maximale. Zogg chiffre tout cela: «La moyenne annuelle se situe aux alentours de 30 % pour la maison individuelle avec charge du véhicule électrique à domicile en cours de journée, cette valeur peut atteindre jusqu’à 80%.»

«Je suis plus que satisfait du système. Mes attentes ont même été dépassées.»

Hans Peter Furrer, Maître d‘ouvrage

La satisfaction par l‘indépendance

STIEBEL ELTRON se met au goût du jour et propose des interfaces pour la commande numérique à sa clientèle. «Chacun de nos nouveaux appareils est compatible ISG dès aujourd’hui», explique Joss. «L’ISG relie le système de pompes à chaleur au réseau domestique. Cela permet d’assurer la conduite du système par Smartphone ou via le gestionnaire d’autoconsommation.»

Le maître d’ouvrage est plus que satisfait de son système. Les possibilités offertes par la régulation dépassent ses attentes. «Il y a déjà des projets d’extension: Un second véhicule Tesla est déjà commandé, il y a suffisamment de place sur la toiture pour l’extension du système photovoltaïque », se réjouit Monsieur Furrer. Et parce que son système produit plus d’électricité que nécessaire, il pourrait même en fournir à ses voisins.